Séminaire GIGS 10: Les enregistrements

Les enregistrements de cette séance sont dès à présent disponibles.

Cette séance sera aussi particulière sur le plan de son contenu, puisque nous explorerons ensemble la façon dont des corps, humains mais aussi végétaux, peuvent se rendre sensibles aux altérations de leur environnement. C’est donc une manière très lointaine de questionner les corps de la génomique et de la biologie moléculaire… sauf que ces modalités d’appréhension peuvent en occulter d’autres. Nous nous intéresserons à ces autres manières de sentir qui sont celles des organismes eux-mêmes, les façons dont ils de s’ajustent et ou s’altérent à l’occasion de leurs rencontres avec des environnements toxiques et saturés.

Nous aurons le plaisir d’y accueillir Natasha Myers de l’Université de York et Nick Shapiro de la Chemical Heritage Fondation (Matter and Materials Research Group).

Natasha prolongera la réflexion entreprise dans ses notes “Conversations on Plant Sensing” et la discussion sera entamée par Vinciane Despret.

Nick partage avec nous ce papier récemment publié dans Cultural Anthropology et sera discuté par François Thoreau.

Pour télécharger les enregistrements, cliquez ici.

Séminaire GIGS 10: Les sensibilités des corps au-delà du registre moléculaire

La prochaine séance de séminaire GIGS aura lieu le mercredi 19 avril 2017, de 14h à 17h30 et se déroulera exceptionnellement Place du XX Août, à l’espace de philosophie du 3ème étage.

Cette séance sera aussi particulière sur le plan de son contenu, puisque nous explorerons ensemble la façon dont des corps, humains mais aussi végétaux, peuvent se rendre sensibles aux altérations de leur environnement. C’est donc une manière très lointaine de questionner les corps de la génomique et de la biologie moléculaire… sauf que ces modalités d’appréhension peuvent en occulter d’autres. Nous nous intéresserons à ces autres manières de sentir qui sont celles des organismes eux-mêmes, les façons dont ils de s’ajustent et ou s’altérent à l’occasion de leurs rencontres avec des environnements toxiques et saturés.

Nous aurons le plaisir d’y accueillir Natasha Myers de l’Université de York et Nick Shapiro de la Chemical Heritage Fondation (Matter and Materials Research Group).

Natasha prolongera la réflexion entreprise dans ses notes “Conversations on Plant Sensing” et la discussion sera entamée par Vinciane Despret.

Nick partage avec nous ce papier récemment publié dans Cultural Anthropology et sera discuté par François Thoreau

Séminaire GIGS 9: Les promesses de la médecine personnalisée: enjeux philosophiques

La médecine personnalisée par X. Guchet

La prochaine séance de séminaire GIGS aura lieu le jeudi 09 mars 2017, de 11h à 12h et sera suivie d’une discussion conviviale accompagnée de sandwiches (12-13h).

Nous aurons le plaisir d’y accueillir Xavier Guchet, Professeur des Universités à l’Université de Technologie de Compiègne : “Les promesses de la médecine personnalisée: enjeux philosophiques”.

En préparation de cette séance, Prof. Guchet nous a fait parvenir un petit texte qu’il est possible de lire et de télécharger ici.

La réunion aura lieu à la salle A du GIGA, niveau +1.

Télécharger le flyer en PDF

Séminaire GIGS 8: L’introduction du séquençage haut débit en cancérologie : promesses, politiques et pratiques

La prochaine séance de séminaire GIGS aura lieu le jeudi 26 janvier 2017, de 11h à 12h et sera suivie d’une discussion conviviale accompagnée de sandwiches (12-13h).

Nous aurons le plaisir d’y accueillir Ashveen Peerbaye, Maître de conférence en sociologie et Directeur adjoint de l’IFRIS, sur la question de : “L’introduction du séquençage haut débit en cancérologie : promesses, politiques et pratiques“.

La réunion aura lieu à la salle T Schwann du GIGA, niveau +5.

Télécharger le flyer en PDF2017-01-26_GIGS 8

Organisation du séminaire “Humanités médicales” à Paris

Le projet GIGS co-organise en 2016-2017 un

Séminaire international « Humanités médicales »

Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » en collaboration avec le Spiral-ULG projet GIGS (Liège) et le Collège national des enseignants en sciences humaines et sociales en médecine et en santé.

Programme complet des séances (PDF) ou sur notre site

Vous y êtes toutes et tous bien cordialement conviés.

Programme

Le collectif DingDingDong débarque à Liège!

Récapitulatif : ne manquez pas nos deux rendez-vous avec le collectif DingDingDong les vendredi 28/10 (14h30-16h30) et samedi 29/10 à 20h30! 

Le vendredi 28 octobre prochain, de 14h30 à 16h30 (Salle Mahaim, B31) aura lieu un séminaire de recherche autour du collectif DingDingDong, créer pour repenser le rapport à la maladie de Huntington, une maladie génétique rare qu’il est possible de diagnostiquer avant que ne survienne les symptômes, mais pour laquelle il n’existe aucun traitement. Ce collectif nous invite à envisager différemment, et de façon très inventive, les manières de parler de cette condition médicale singulière (comme toutes les conditions médicales), mieux ajustée à l’expérience du patient et qui proposent, au bout du compte, des manières de mieux vivre avec la maladie. Dans le séminaire, nous reviendrons sur le parcours de DingDingDong et son mode de fonctionnement collectif.

Le samedi 29 octobre prochain, à 20h30, le projet GIGS co-produit avec l’association “L’autre lieu” et l’association “D’une Certaine Gaité”, dans le cadre du festival Contre/Bandes, la performance “Bons baisers de Huntingtonland”, dans sa version Expedition n° 4. Mêlant plusieurs dispositifs scéniques à des gestes chorégraphiques, sur la base de quelques éléments de connaissance à propos de la maladie de Huntington, le collectif DingDingDong s’attache à rendre sensible (donc partageable) l’expérience de cette condition médicale très particulière. Une manière intéressante de sortir les patients eux-mêmes de l’isolement dans laquelle cette maladie les plonge et qu’on leur prédit pour seul avenir en cas de diagnostic positif.

ddd1 ddd2

 

Séminaire GIGS 7: Penser le « cas clinique », entre déterminations génétiques et expérience du patient (le cas de la maladie de Huntington)

La prochaine séance de séminaire GIGS aura lieu le vendredi 28 octobre 2016, de 11h15 à 12h30 et sera suivie, le samedi 29 à 20h30, d’une conférence performée au Théâtre de l’ULg, « Bons baisers de Huntingtonland ».

Cette séance de séminaire a pour objectif de poursuivre tout ce qui échappe ou ce qui déborde les déterminations génétiques, et qui pourtant gagne à faire partie intégrante de la pratique clinique. La discussion partira de quelques « histoires » singulières, dans l’espoir de pouvoir effectuer des croisements avec des récits d’expériences cliniques similaires ici au CHU.

La maladie de Huntington est d’une surprenante prévisibilité génétique. À un stade pré-symptomatique, il est possible d’identifier les porteurs et de prédire leur future condition médicale. Cette détermination génétique semble redoutablement puissante et capable de tout emporter sur son passage (comme nous l’avons vu lors de la séance du 10 décembre 2015 consacrée au « moment diagnostic » avec Katrin Solhdju, au GIGA). Pourtant, en France, un collectif d’usagers s’est constitué, ayant pour nom DingDingDong. Ce collectif a récemment publié un rapport, « Composer avec Huntington. La maladie de Huntington au soin de ses usagers » (http://bit.do/composerhuntington). Dans ce rapport, l’entité très massive de « maladie de Huntington » se fragmente pour faire place aux cas singuliers d’Alain, de Catherine, de Suzanne ou Michelle. Au départ d’une définition très monolithique de cette condition médicale, chacun de ces « cas » donne à voir des façons diverses, et parfois divergentes, de s’approprier ce devenir-là, de s’engager dans cette voie qui semble toute tracée. Ce faisant, nous voudrions discuter la possibilité que, dans chacun de ces cas, ce qui est en jeu est une version transformée de la maladie elle-même.

La réunion  aura lieu à la salle de réunion du Service de Génétique de la tour Pathologie, niveau +3, et sera suivie d’une pause sandwiches et boissons.

gigs7 2016-03-01_gigs-7

Séminaire GIGS 6: Translation of high throughput genetics in the clinical setting

Le mardi 1er mars prochain aura lieu une discussion d’un papier de Chris Goldsworthy, PhD à la Cardiff University (School of Social Sciences). C’est une discussion vraiment ancrée dans les sciences sociales, mais qui concerne des objets et enjeux très en prise sur les pratiques clinique et génomique.

Voici l’abstract.

This paper will discuss the clinical application of high throughput genetic technologies in the health service in the UK focusing on the field of inherited cardiac conditions. The paper will be split into 3 sections; the first part will discuss the political environment in which high throughput genetic testing came into practice in the UK, looking at the impact this had on practice, specifically focussing on one laboratory. The second section will discuss the impact that the resulting big data from the uptake of high throughput genetic technologies had on clinical and diagnostic lab practices in this field. The final section will argue that laboratory and clinical professionals are not ‘data-dopes’ they are actively engaged in the construction and re-construction of genomic data and genetic technologies in local practice.

Download the flyer
GIGS6

Winter School 2016: “What happens to the data… in Big Data”

Le programme complet de la Winter School 2016 intitulée “What happens to the data… in Big Data?”, et organisée conjointement avec le projet GIGS, est à présent disponible. Cliquez ici pour le télécharger.

Les questions de génomique sont, par définition, concernée au premier chef par les questions dites de “Big Data”, puisqu’elles ne peuvent se concevoir que par le prisme du séquençage à haut débit, c’est-à-dire par la génération et la manipulation de très larges ensembles de données numérisées.

 

data - copie

Séminaire GIGS 5: Pratiques du diagnostic et maladie de Huntington

Le jeudi 10 décembre prochain aura lieu une rencontre / échange autour de l’ouvrage “À l’épreuve du savoir. Propositions pour une écologie du diagnostic” de la philosophe Katrin Solhdju. Un livre qui pose de façon très intéressante les enjeux liés au diagnostic pré-symptomatique de la maladie de Huntington, et qui aborde les précautions qu’appellent les modes de test génétiques contemporains — outils très puissants mais pas toujours faciles à manier.

Télécharger le programme.

GIGS5